Les Taegeugs

Les Poumsés en Taekwondo (équivalent des katas en karaté); Le “Poomsé” ou “Poumsé” est une forme de travail conventionnelle, représentant un combat codifié et dirigé s’exécutant individuellement. Chaque Poumsé possède son propre rythme qui doit être en rapport avec les différents enchaînements, ainsi chaque blocage devra être instinctivement suivi de la contre-attaque. Le Poumsé débute et se termine par la position “Tchaliot Seugui” suivi du salut “Kyongnye”. Il s’annonce à haute voix. Il se déroule suivant un diagramme différent, selon sa complexité. Le point de départ doit être également celui du retour après la prestation. Il faut «Vivre » son Poumsé, c’est à dire faire sentir une réelle impression de combat dans l’exécution des différents mouvements avec la plus grande efficacité contrôlée. Le Poumsé s’exécute dignement, Dobok propre et ceinture correctement nouée.
Critères d’exécution:

LA MAITRISE : Chaque technique doit être armée avec souplesse selon les “Kibon” et se terminer avec fermeté et précision selon la hauteur définie. La trajectoire doit être nette, ample et rapide.

LA PUISSANCE : Les techniques doivent dégager une grande impression d’efficacité.

LE RYTHME : Les techniques devront être enchaînées de sorte que chaque blocage soit instinctivement suivi de l’attaque. D’une manière générale les enchaînements seront rythmés et sans temps mort selon les différentes trajectoires du diagramme.

L’EQUILIBRE et LA STABILITE La maîtrise des déplacements et du corps lors des différents enchaînements est essentielle. Chaque position devra être bien marquée et verrouillée. Les appuis au sol devront être solides et réalisés conformément au “Kibon”. La position et le mouvement du corps devront être contrôlés.

LE RESPECT des TECHNIQUES et du DIAGRAMME : Le Poumsé doit être exécuté dans sa forme originale en respectant l’ordre des techniques, des positions et des directions, mais aussi le diagramme défini par l’exécution du Poumsé.

LA RESPIRATION : La respiration doit être synchronisée avec les techniques et les déplacements, elle doit être inaudible. D’une manière générale, l’inspiration se fait en début de mouvement et l’expiration à la fin des différentes phases du Poumsé.

LA CONCENTRATION : La concentration est extrême dans l’exécution du Poumsé afin de pouvoir “Vivre son Poumsé”. La concentration permet de dégager une unité entre le corps et l’esprit.

LE REGARD : Le regard doit être porteur de toute la détermination à l’exécution du Poumsé, il doit suivre la direction des enchaînements techniques et des déplacements.

– Il en existe 8 jusqu’à la ceinture noire (Taegeug Poom-Se), puis 9 autres pour les poomses supérieurs (un poomse par Dan). Les poomses font partie intégrante du Taekwondo et participent à l’assimilation des techniques de bases et des techniques supérieures.

SIGNIFICATION DES COULEURS DE CEINTURES

BLANCHE : Couleur de la neige représente la pureté, l’innocence de l’initié et son ignorance vis-à-vis de la pratique.

JAUNE : Couleur de la terre dans laquelle la plante prend racine et croît à l’image du pratiquant qui progresse du fondement de l’art.

VERTE : Couleur de l’arbre qui symbolise la croissance de la plante à l’image du progrès de l’adepte dans l’art.

BLEUE : Couleur du ciel vers lequel la plante grandit à l’image du pratiquant qui prend de la hauteur dans l’évolution de sa pratique.

ROUGE : Couleur du feu et du sang signifie le danger d’une puissance ou énergie incontrôlée avisant l’adepte de se maîtriser lui-même et avertissant l’adversaire de se tenir à l’écart.

NOIRE : Couleur du cosmos et de l’infini donc de l’énergie et source, symbolisant le sommet atteint de son art. Elle symbolise aussi son imperméabilité face à la peur et à l’obscurité sous toutes ses formes.

trigrammes
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire